Les 15 dernières nouvelles

C'est beau en Telemark - par thobias le 07/12/2017 @ 21:04

scott_20l.jpg

Avec la dynamique du ski de randonnée, il faut avouer que les bonnes conditions ne restent guère longtemps praticables. La dernière chute de neige remonte à une semaine maintenant. La montagne a été attaquée de partout. Les domaines ont ouvert, ce qui a réduit la possibilité de grimper. Et même par temps de brouillard, les gens montent faire leur trace. Dimanche le soleil est revenu. Alors à 8h30, sac sur le dos. J'ai pu troquer un vieux sac de dix ans d'âge, contre le Scott de 20L. Il est normalement prévu avec Airbag. Là, je n'avais pas les cartouches. Lorsque je l'ai pris, je l'ai détaillé de part en part. Le nombre de poches, la praticité, comment le réglage se fait. Il y a toujours un détail qui me chiffonne, c'est la longueur des sangles. Je n'aime pas que cela traîne. Que ça bouge, que ça se balance devant mon nez. Il faut que cela soit « pure ». Dans l'ensemble, je n'ai pas grand chose à redire. Le dos, chose essentielle, est agréable. J'attends de voir en mode portage, car il est censé avoir un système rapide. Il y avait une sangle qui pendait, longue de plus d'un mètre. Je demande : « C'est quoi ça ? » « Et bien normalement tu la passes dans ta ceinture ventrale, car si tu gonfles l'Airbag, ça évite de te faire arracher ton sac ». Petit frisson désagréable, Elle souligne la violence d'une avalanche, chose que je n'ai encore jamais connu. Une fois tout en haut, je bascule dans la descente, je vise les endroits peu skiés, et ils sont rares. Sur un bord gauche une large zone est encore vierge. Un autre skieur m'accompagne et nous filons droit. Il s'arrête une fois la poudreuse traversée, je croise son regard, il sourit. L'instant était bon. Et il me dit « C'était beau en Telemark ».

 
 



 

... / ... Lire la suite


Un hiver qui commence mieux - par thobias le 28/11/2017 @ 16:01

gecko.jpg

Depuis trois ans nous avons été soumis à rude épreuve. De la neige début novembre, pour une totale désillusion en décembre. Bizarrement cette année je ne me suis pas précipité, j'ai attendu quelques jours avant de me décider. Une première le 17 novembre, une seconde le 27 dans des conditions très favorables. Je me suis demandé quels skis prendre, les Zéro G ou les célèbres Movement X Logic vieux de quatre ans. J'ai laissé les Blizzard au crochet de peur de les abîmer et j'ai bien fait, car les Movement ont pris cher. Heureusement, la carre n'a pas été touchée, alors j'ai rebouché. A l'époque, je me souviens de cette phrase « Tu as le droit de les casser ». Nous voulions voir la solidité d'un ski dit « Light ». Pas réussi en une saison, ni en quatre d'ailleurs. Ils ont subi deux sérieuses opérations, mais ils tiennent encore. J'ai pu essayer les peaux sans colle Gecko. Une bonne surprise car je les ai trouvées légères, avec de la glisse, et de l’accroche. Aujourd'hui j'ai skié Torchère, monde habituellement réservé aux skieurs alpins. La station n'a pas encore damé. Autre étonnement de ma part car les années précédentes, les services se précipitaient pour tout tasser. Des heures de machine qui s'envolaient en un week-end sous l'effet du Foehn. Cette fois, ils ont laissé en l'état, faisant tourner les canons. Dimanche, le parking de Balme était plein, comme un jour d'ouverture. Mais plein de randonneurs, et aucun arrêté municipal. Je me demande si l'affluence est aussi importante dans les autres massifs. Sur les Aravis, c'est comme une prise d'assaut. Lundi, pareil, toute la journée, les randonneurs se sont succédé. Résultat, l'ensemble des deux combes, Balme et Torchère étaient labourées. Fort heureusement, il m'en restait encore un peu. Alors que j'arrivais à la voiture, ravi de ma descente, j'ai vu deux ombres passer. Casque sur la tête, visière fumée, tenues cintrées, ils m'ont fait l'impression de pilotes de chasse en formation serrée, main sur le manche, prêt à dégainer. En deux mouvements, ils avaient déchaussé, petit regard sous la semelle, reparti aussi vite qu'ils étaient arrivés. Impression bizarre. Ont-il seulement profité ?

. TorchereBD.jpg  
 
 






 

... / ... Lire la suite


Meidjo V2.1 - par Yo le 27/09/2017 @ 17:13

Meidjo_Moif.jpg

Toujours à l'écoute des pratiquants et voulant faire constamment évoluer sa fixation, The M Equipment annonce la Meidjo 2.1 qui arrive très bientôt dont voici les principaux changements :
- La talonnière : Le trou centrale a été bouché pour supprimer l'accumulation de neige, un nouveau ressort plus puissant et plus fiable et des "ailettes" sur le coté pour remonter la cale a l'aide du bâton.

- Plaque anti-bottage et nouveau arceau : Une plaque en forme de V inversé sera fixée sous le flextor qui permettra d'évacuer la neige sur les côtés ce qui règlera le soucis de "bottage".
Un nouveau arceau métallique qui permettra une meilleure répartition des efforts (notamment sur les skis léger) et une meilleure accroche.Double utilité : Plus besoin de dévisser la fixation pour enlever/mettre les stops skis.

- Platine rando et barrette rouge : Plus costaud et mieux pensé, ceci résout le problème du "saut" de la spring box en mode randonnée

- La Spring box : Légères modifications afin faciliter le déchaussage

Profitez de 5% de remise en pré-commandant votre fixation sur TelemarkShop ici

 
 



 

... / ... Lire la suite


Une dernière, sans cale - par thobias le 21/05/2017 @ 19:18

pointe_percee-balme.jpg

La cale de montée aura été mon sujet phare. Et je pensais qu'il était réglé. En regardant les montagnes encore enneigées, j'avais envie d'une dernière. J'ai mis un peu de temps à me décider. Ce n'est finalement pas si simple de remettre un pantalon de ski lorsque l'on porte le bermuda depuis un mois. Ou de chausser les chaussures, lorsque l'on sait qu'il faudra marcher avec, alors que je cours, en baskets plusieurs fois par semaine. Mais il y a eu comme un appel, une force divine, qui ce dimanche, m'a poussé à aller chercher les skis dans le garage, pour monter une dernière fois. Sur cette dernière, ce n'est justement pas la première fois que je fais ce constat. Je suis donc allé sur une combe où des chemins carrossables grimpent assez haut. L'hiver, ils sont impraticables car enneigés, ou damés en piste de ski. Mais au printemps, un 4x4, même une citadine peuvent les emprunter. Et à chaque fois, ce qui me navre, c'est de constater que la plupart des randonneurs du jour ont envie de faire du sport, de se déplacer par leur propre moyen sur la neige. En revanche, marcher, porter les skis, pour aller chercher cette neige, non. Ces personnes préfèrent polluer au diesel, déranger le silence et ainsi participer à ce qui nous attendra un jour, une succession de saisons comme on vient de la vivre. Et sur le nombre de ces personnes, plusieurs étaient moniteurs de ski. Pourtant, la neige est bien leur gagne pain. Je ne veux être donneur de leçon. Moi j'ai posé ma voiture sur le parking habituel, et j'ai grimpé 35 mn à pied pour toucher la neige. J'ai posé les skis, j'ai chaussé. J'ai dressé mes cales de montée, et l'une est tombée. Le ressort avait été changé. Meidjo doit définitivement abandonner cette cale car les modifications se suivent, mais rien ne tient. La suite de la journée s'est déroulée sans accro, avec un bonus. J'avais le choix de mon sommet. Le plus haut était forcément le plus pentu. Sur la dernière rampe, trois personnes tracent au loin devant moi. Je les remercie, mais il y a eu une forme d'imprudence. Il a neigé ces derniers jours, sur une surface dure. Aucune accroche entre les deux couches. Comme ils étaient devant, comme ils traçaient, j'ai suivi. J'avoue ne pas avoir été très rassuré, de monter sous un gazex, des filets d'avalanche, le tout en mai, et une station fermée, sans Arva, car pourquoi en prendre un quand c'est béton armé ? Bref, la journée fut belle, les derniers virages d'une excellente qualité. Désormais je peux le dire, place à l'été.

 
 



 

... / ... Lire la suite


D'une saison à l'autre - par thobias le 11/04/2017 @ 21:17

OG-combeamarion.jpg

Comment passer de l'été à l'hiver, puis l'été … simple. Samedi, assis sur un ponton du lac d'Annecy, je n'ai pu m'empêcher d'aller me baigner. Oh, pas long, juste un plongeon, quelques brasses, et je suis ressorti, comme un besoin de me rafraîchir les idées. Dimanche matin, 8h, changement de décors, changement de saison, j'avais les skis aux pieds. Je me demandais quelle neige j'allais trouver, et surtout, combien de temps je devrais marcher avant de chausser. Il ne m'a pas fallu plus de cinq minutes pour poser les skis sur un manteau bien béton. Je suis reparti dans cette combe où l'année dernière j'avais déchaussé et perdu un ski. Cette fois-ci je me pensais plus à l'abri. Mes peaux taillées bord à bord, recouvrant les carres, me faisaient croire que j'étais en sécurité. Sauf qu'il s'agissait de peaux sans colle. Et elle ne colle pas plus de trente minutes. J'étais donc dans cette combe à 40° de pente, regardant à regret ces peaux qui allaient me lâcher. Et là, un telemarkeur descend. Chose rare je dois le dire car je n'en croise jamais. Un telemarkeur plutôt débutant, en norme 75, un ange du passé en somme, qui me dit : « il faut laver les peaux au savon ». Et il poursuit sa descente hasardeuse. J'ai surtout pris l'option « ski sur le sac » et j'ai tiré droit pendant un quart d'heure, sans crampon, le bout de mes chaussures qui mordaient à peine. Elle est belle la sécurité. Une fois au sommet, je me retourne et découvre que je suis suivi par un avion de chasse, un « collant pipette ». Il profite des marches que j'ai taillé. On discute un peu avant que je ne descende de l'autre côté de cette combe. Il regarde mes pieds et dit « oh, mais tu es en telemark », comme si c'était un handicap. Je soulève mon pied pour lui montrer que non, le ski ne pendouille pas. Que l'on peut faire des virages sautés, et surtout, choisir si oui ou non, on veut être en telemark. Car je dois le dire, ce jour là, je n'ai pas fait beaucoup de génuflexion. Des badolles, de la tôle, de la pente, j'ai seulement profité des conditions en bas de combe, légèrement décaillé. Je suis retourné à la voiture, j'ai enfilé un bermuda, voilà l'été.

  
 
 






 

... / ... Lire la suite


Silence, sans abstinence - par thobias le 29/03/2017 @ 21:03

troudlamouche.jpg

Cet hiver ne restera pas gravé dans nos mémoires. A moins qu'il ne soit qu'un prémisse de ce qui nous attend. De la neige ... un peu. Du soleil ... beaucoup. De la douceur … surement. De la frustration ...évidemment. J'ai réussi à sortir deux fois la semaine dernière. Comme un irréductible gaulois, je combats l'évidence, qui voudrait que nous rangions les skis, sortir les bermudas, le vélo, que nous passions mi-mars en mode Eté. Non, j'ai posé les skis et je suis monté en après-midi sur les pistes, par 13°. Difficile de parler plaisir, et pourtant, je ne regrettais pas mon choix. J'ai observé les gens qui skiaient, qui avait payé un forfait pour être là. J'ai surpris un échange, un mari qui râlait auprès de sa femme, lui répétant alors qu'elle s'éloignait en quelques virages « Ce n'est pas raisonnable ce que nous faisons là. La neige n'est pas bonne. Ce n'est pas raisonnable ». 13°, à 1600m d'altitude évidemment que la neige ne pouvait être bonne. Deux jours plus tard, j'étais en montagne. Le panorama était plus agréable. Quelques centimètres étaient tombés la veille. Jour de changement d'heure, j'ai eu la désagréable sensation d'arriver en même temps que tout le monde. Parking plein, j'ai vite fuit, mais je me suis senti cerné. Au-dessus, en dessous, des grappes de gens qui faisaient la même chose que moi. Un point positif, ces jours sont notre meilleure communication. Quelques virages telemarks, et les randonneurs cessent leur progression. Ils regardent. Nous devenons alors une star éphémère, alors autant soigner le geste. Question matos, je passe aujourd'hui à telemarshop. Yo me montre de nouvelles montures, des Faction par Candide Thovex. Et le prix aussi, alors je tousse. Je les prends, je regarde la souplesse du talon. Je reviens à côté sur le scott superguide. Sur le prix, je tousse moins. Pourquoi tant d'écart ? Y a-t-il de la révolution dans ces « Faction » ? De toute façon, pas certain qu'il ne reste un peu de blanc pour essayer tout cela.

  
 
 






 

... / ... Lire la suite


20170214_113228.jpg

En début de saison, lorsque j'ai pris ces skis, je me suis de suite interrogé sur son talon. Mes skis suivaient jusqu'alors tous les mêmes côtes, 120 – 90 – 110, un standard déjà bien en place depuis 2007 avec le Pocket de Salomon. Le Blizzard Zéro G 85 est donc plus étroit (116-85-99). Son principal atout est sa légèreté. C'est un ski de rando mais qui a de très bons arguments sur piste, j'ai tout de suite aimé son caractère. J'ai rencontré tous les types de neiges. Son point faible tient justement dans ses lignes de côtes. Avec de grosse quantité, une neige un peu lourde, il a dû mal à s'imposer. Le skieur doit prendre le relais. Il est difficile de se reposer sur le Zéro G. Son talon est bien sa faiblesse. Il n'est pas rare si vous n'y prêtez gare, de vous faire « asseoir ». Sur une grosse « fente » il faut avoir suffisamment de cuisse, pour revenir à l'équilibre. Dimanche dernier les conditions étaient en revanche parfaites pour lui. Un fond dur, dix cm de neige fraîche, peu de traces, facile alors de descendre sans trop être sur ses gardes. En comparaison, le Scott Super Guide était mieux adapté au telemark. Mais en style alpin, ce Blizzard est une bonne réussite.

  
 
 






 

... / ... Lire la suite


Fixation, la grande question - par thobias le 17/02/2017 @ 21:44

20170207_115321.jpg

Je me suis randu sur quelques forums, pour lire les interrogations des telemarkeurs, et une réflexion avant l'achat revient souvent. Quelle fixation choisir ? La grande question. J'ai eu la possibilité d'essayer tous les produits les plus courants, ceux qui ont fait leur preuve. Aujourd'hui, le telemark en NTN a la chance de disposer de trois fabricants avec des caractéristiques assez différentes, apportant atouts et inconvénients. Rottefella, 22 Design, et M Equipement sont ceux que vous trouverez sur le marché. Pour rester dans un produit comparatif, je préfère détailler la fixation qui rejoint ma pratique, rando, et piste.

La Freedom (Rottefella) 379 euros : C'est la fixation historique, celle qui a permis à la norme NTN de s'installer. Les plus, du solide, un chaussage – déchaussage rapide, flex progressif, souple (trop?), accessoires en prime (stop ski, couteau) et la moins chère. Les moins, en rando, le débattement est limité, de la neige vient se comprimer apportant à la montée une sensation désagréable. Elle n'aime pas le froid. Il faut limer les semelles des Crispi et Scarpa sous peine d'arrachement. Et selon la génuflexion ou la chaussure, le pebax en se pliant peut écraser les orteils. Autre sensation désagréable. Pas de step in. Passage de montée à descente parfois hasardeux, surtout par grand froid.

La Outlaw (22 Designs) 499 euros  : C'est la plus récente (du moins sur notre sol européen). Mon retour est sommaire car je ne l'ai skiée qu'une seule fois. Les plus, du solide, du métallique, de la belle ouvrage mais assez simple dans le mécanisme. Step In facile, débattement à 60°, déchaussage au bâton. Passage montée – descente assez simple, mais je n'ai aucun retour avec de la neige qui glace, qui se colmate de partout. Une cale de montée efficace, sur la première approche, j'ai apprécié. Un prix médian. Les moins, elle est lourde. Pour moi elle convient à de bons gabarits qui veulent mettre du poids dans leur flexion. Elle s'est révélée trop raide à mon goût (très subjectif). C'est un telemark plus en force, qui en sécurisera, mais qui demande de la cuisse.

La Meidjo (M Equipement) 549 euros : Française, donc elle mérite d'être soutenue. C'est la fixation de rando – telemark. Les plus : sa légèreté, le low tech, sa souplesse. Je l'apprécie car je l'oublie. Sa technologie, le step in. Les moins : son prix qui pourra faire réfléchir car pour l'instant, même si cela s'améliore, elle peut être fragile. Elle demande de l'attention. Il ne faut pas la brutaliser donc ne conviendra pas aux gros gabarits, à ceux qui veulent sauter des barres. La cale de montée n'est pas encore à la hauteur. Le low tech est un chaussage particulier.

Si on me demandait laquelle je préfère ? La Meijo, mais le prix pourrait être un frein. Je n'ai jamais rien cassé. Et je fais davantage de rando que de piste. Sinon, pour le prix, la simplicité et la polyvalence, la Freedom. La Outlaw me plaît par le sérieux du produit, mais les sensations sur les skis ne m'ont pas convaincu.

.   
 
 






 

... / ... Lire la suite


Retour sur l'ISPO 2017 - par Yo le 09/02/2017 @ 18:35

ISPO_BU_Munich_4c.jpgA l'occasion du salon de la montagne d'ISPO à Munich, un des plus grand salon au monde, nous y sommes allés pour voir les tendances et les nouveautés.

Commençons par les skis : Un nouveau modèle chez Scott qui correspondra parfaitement au télémark : Le Slight 93. On retrouve un ski plus "péchu" qui manquait à la gamme dans cette catégorie, léger et avec une plaque de renfort pour limiter les arrachements. Pas mal de similitude avec le mythique Crusade.Chez Faction, le Prime1 ou 2, 90/95mm sous le pied, renfort carbon et une superbe accroche sur neige dur, on aura peut être l'occasion de le monter pour voir ce qu'il donne mais pour nous ca sent bon.On est passé chez Zag également, on a craqué sur la série limitée du Big qu'ils ont sorti cette année (prochainement disponible sur le site), c'est le ski de nos début chez TelemarkShop, nostalgie oblige.

Scott_Slight93.png    

Pour les chaussures, pas de grandes nouveautés : Scarpa et Scott gardent les mêmes modèles et couleurs, toujours les inserts à l'avant mais pas à l'arrière pour le NTN.

Crispi change ses couleurs, toujours aussi "décalés", et la gamme reste identique : En NTN 3 modèles, la EVO, la EVO World Cup (qui sera plus rigides) et la Shiver.En norme 75mm, la XR et la XP.

Crispi_chaussure.png

Pour finir, les fixations. Ce que l'on ressentait depuis 2/3 ans se confirme : Le NTN prend le pas sur la norme 75mm.Black Diamond arrête la O1 (il avait déjà arreté la O2 et les chaussures), les fixations seront encore disponibles quelques temps mais ils ne vont plus reproduire.Rottefella arrête la Cobra R8 et R4 et se concentre sur le NTN :La fin d'une époque. Mais ce n'est pas une mauvaise chose, le NTN a permis à des marques d'arriver sur le marché, des nouveautés arrivent, 7TM travaille sur une nouvelle fixation NTN et ca motive les fabricants de chaussures à retravailler leurs modèles (Scarpa notamment).

L'Outlaw de chez 22 Design évolue un peu, avec un système step in plus pratique.La Meidjo continue sur sa lancée ce qui prouve que le produit est abouti.Rottefella garde ses 2 modèles phares, la Freedom et la Freeride et introduit la possibilité de choisir la couleur de sa fixation (pour la Freedom) :

Freedom_Rottefella.pngFreedom_Rottefella_2.pngFreedom_Rottefella_3.png

Pour conclure, le télémark est en pleine mutation mais l'envie des marques est toujours présent. La logique financière ne leur permet pas de faire des développements sans être sur du marché. Elles ont besoin de voir que le télémark intéresse toujours, que des manifestations sont organisées que des gens pratiquent régulièrement, que des associations tournent...




 

... / ... Lire la suite


Que survivent les traditions - par thobias le 05/02/2017 @ 20:42

ronde.jpg

Quel est donc ce rond rouge aux multiples filaments sur une carte IGN ? C'est une trace GPS d'une montre Garmin. Ce que les filaments ne disent pas, il était 19h ce soir-là, il pleuvait lorsque nous sommes arrivés. 2° au thermomètre, le regard sur le carreau de la voiture qui analyse les gouttes qui s'écrasent à la recherche du flocon. Nous étions là pour une ronde nocturne de ski de fond au Grand-Bornand. Tout skieur de fond haut-savoyard a été bercé par ces rendez-vous du soir, cinq mercredis à sillonner le département, se retrouver pour le plaisir, « se faire la peau » sur une boucle de 800 m à parcourir trois, quatre, cinq fois selon les groupes de niveau, au cœur des villages. C'est une histoire d'amitié, une course en binôme assez rare dans ce sport individuel. C'est une messe populaire, un rassemblement du skieur élite au loisir, c'est une communion entre passionné de l'effort, moment gratuit où l'on sait que l'on va souffrir. Les rondes nocturnes sont historiques et elles ont failli disparaître. La faute à l'argent, le nerf de la guerre, à l'entente peut-être entre les hautes instances, à une donnée que nous, petites gens, nous ne maîtrisons pas. Mais vendredi dernier, l'esprit des rondes nocturnes était bien toujours vivant, car des clubs, des passionnés ont souhaité que ce rendez-vous ne disparaissent pas. Près de cent équipes de deux coureurs se trouvaient au départ. Malgré la pluie pour l'échauffement, les sourires et l'envie de courir étaient bien présents. Car le ski est avant tout un jeu. Ces clubs, le Grand-Bornand (03/02), Megève (08/02), et Argentière, l'ont bien compris, ils se sont unis en dehors de la Fédération, des partenariats, pour que survivent ces moments si importants. Alors je dis merci à ces clubs, les bénévoles qui ont donné de leur temps, pour que ces moments de fêtes perdurent encore.

Pour le plaisir des yeux également, le jeu, la simplicité d'une sortie, la joie de monter par ses propres moyens au petit matin, de glisser à plusieurs, lors du rendez-vous de Saint Nicolas, je vous laisse découvrir la vidéo rando telemark réalisée le 15 janvier. A voir ICI

.   
 
 






 

... / ... Lire la suite


Fixation NTN 22 Design Outlaw - par Yo le 02/02/2017 @ 15:50

ZeroG_Outlaw.png

A l'occasion de l'ouverture de l'association "Aravis telemark" (on aura le temps d'en reparler), un rassemblement avait été organisé lors de la nocturne du Grand Bornand (tous les Mardi soir).

J'ai re-essayer la 22 Design Outlaw, le modèle NTN de la fameuse marque américaine, et je n'ai pas était déçu : Le renvoi est super, hyper progressive (ca ne bloque pas comme sur les NTN Freeride, les nostalgiques du câbles apprécieront et la facilité pour chausser, c'est un step in). Bon, à voir si on doit chausser dans de la neige fraiche ou dans un dévers.

En plus, monté sur un Blizzard ZeroG 85, beaucoup plus orienté rando pourtant mais qui a une accroche sur neige dur assez "bluffante" et une bonne stabilité, l'ensemble était vraiment très plaisant.

Bref une fixation idéale pour ceux qui souhaite faire essentiellement de la piste/hors piste et un peu de rando (le mode rando est le même que sur les norme 75, l'AXL)

 
 






 

... / ... Lire la suite


cale-meidjo.jpg

Je pensais que c'était de l'histoire ancienne, avec la dernière version des Meidjo. Ce matin, je monte à la Tournette. Autant le dire, le chemin pour accéder à cette montagne est droit, pénible été comme hiver. Lorsque j'ai voulu mettre les cales de montée, l'une d'entre elles est tombée. J'en suis pourtant à ma cinquième sortie rando avec ces skis. Et je trouvais que le ressort avait été bien renforcé. J'étais donc confiant. Je regarde le problème et il n'y a plus d'accroche, plus rien, tout mou, aucun espoir et j'ai encore 800m positifs à faire. J'ai les deux cales, la rouge évidemment, et la métal, plus haute qui a mon sens ne sert à rien. Et si la rouge ne tient pas, la métal non plus. Je râle car ces Meidjo ont quand même une orientation randonnée. Et en randonnée, nous passons plus de temps à monter, qu'à descendre. Autant blinder le système, et je n'ai guère l'impression que cela soit compliqué. Je me souviens des cales Valpi, au design bien moins glamour, un arceau de métal que l'on dressait sur la cale fixe, point barre, jamais de souci. Je pestais sur mon matériel en disant « vu le prix que ça coûte, on est quand même en demande que cela marche ». Sur cette montée, j'ai croisé la route de Lionel, un bon skieur alpiniste, la cinquantaine passée, rangé des compétitions. Il y a trois ans, il a subi un triple pontage à la jambe. Aujourd'hui, il montait avec moi, voir, plus vite que moi. Il était simplement heureux d'être là, d'être en capacité physique de faire du sport. Nous étions juste sous le sommet quand il crie « Et mer... , j'ai cassé la fixe ». Il était monté en Plume, l'une de ses pinces avant s'est tout simplement cassée. Son moral n'est pas tombé pour autant. Il a juste dit « Bon, je vais aller me mettre au soleil on verra bien, la descente, c'est pas grave ». Il restait deux cent mètres de dénivelées pour atteindre le sommet. Il y est arrivé avec un ski sur le sac, son sourire ne l'avait toujours pas quitté.

. cale-valpi.jpg  
 
 






 

... / ... Lire la suite


Il passe partout - par thobias le 19/01/2017 @ 22:05

zeroG.jpg

Il a fallu être patient. Attendre pour enfin skier sur de la vraie neige. Dimanche, lors du test à St Nicolas de Véroce, j'ai pu sortir des pistes et savoir ce que pouvait avoir dans le ventre ces Blizzard Zéro G. L'intérêt également de le proposer à d'autres telemarkeurs, et ainsi recroiser nos impressions. Ce qui en ressort, sur piste dure, dans la pente, ces planches sont accrocheuses. Certes le rocker vibre, comme tous les rockers d'ailleurs, mais il suffit d'avoir une conduite propre, pas trop de génuflexion, les pieds assez rapprochés et même dans la forte pente, on se sent assez en sécurité. Pour la poudreuse, je n'ai pas hésité à me balancer. Je suis allé droit, j'ai pris de la vitesse et facilement j'ai enquillé les virages. Ma première réflexion a été « 85 au patin, ça passe ». Le rocker devient utile, le ski déjauge, la légèreté permet d’enchaîner sans être dans le lactique. Toutefois, on ne peut pas tout à faire dire que c'est le ski « tranquille ». Avec quelques mouvements de terrain, des traces d'autres skieurs, une grosse neige, sa conduite est plus délicate. Il enfourne, et son talon plutôt étroit ne permet pas un appui solide. Alors il faut savoir rester à l'équilibre et accepter que des skis assez courts, et d'une largeur modeste ne vous porte pas totalement. Mais pour moi, le bilan est positif. Aujourd'hui j'ai réalisé une autre première, une sortie rando loin des pistes. Le Zéro G est dans son élément. Légèreté, pivot royal à chaque conversion, la montée est un plaisir. Je suis descendu sur un secteur tout terrain, mêlant tout type de neige, avec du chemin étroit, des grands champs de poudreuse, du labouré, des vernes etc. Il passe partout.

 
 






 

... / ... Lire la suite


Journéé test Telemark le 15 Janvier - par Yo le 12/01/2017 @ 16:03

TESTMATOS-15JANV-2017.jpg

Rendez vous le Dimanche 15 Janvier à St Nicolas de Véroce au restaurant d'altitude le Schuss pour une grande journée test de Télémark en partenariat avec The M Equipment et Génération Télémark.

Nous aurons à disposition de nombreuses fixations NTN, la Rottefella Freedom & Freeride, la 22 Design Outlaw et la Meidjo

Des chaussures NTN seront disponibles.Pièce d'identité obligatoire.

.   
 
 






 

... / ... Lire la suite


Fin de l'abstinence - par thobias le 04/01/2017 @ 21:35

Blizzard0G85.jpg

Il était temps que je mette un terme à cette abstinence. Pour la première fois depuis bien longtemps, je n'ai fait aucune sortie en randonnée sur le mois de décembre. Je suis allé en ski nordique, tourner sur une boucle de 4 km, et c'est bien tout. Je jetais un œil sur les Blizzard, en me disant « prochainement ». Lundi enfin, je suis monté sur les pistes, avant que le jour ne se lève. Départ à 7h, nuit noire, le silence perturbé par le crachat des canons à neige. Que peut-on trouver d'agréable de glisser sur cette neige artificielle, de fermer les yeux à chaque passage d'une perche, pour se trouver blanchit de givre au fil de la montée ? Fort heureusement, l'ensemble des canons ne fonctionnait que sur une partie minime de l'ascension. Cette neige artificielle est une illusion certes mais elle fait bien illusion. Le constat était implacable, du blanc sous les pieds, mais tout autour, et sur des kilomètres à la ronde, du marron, de la pierre, du chaos. Je dois dire que cela ne me touchait guère. J'étais enfin sur des skis pour gagner un sommet à plus de 2000 mètres. Les couleurs du jour approchant, le rose éphémère qui annonce le beau temps, le vrai silence de la montagne, de tous cela je me suis nourri. Une fois là-haut, le vent a vite contraint ma contemplation. Et j'avais aussi hâte d'en découdre avec ces Zéro G 85. Pour les mensurations, 116 – 85 – 99, c'est sans doute ce que j'ai eu de moins large sur toutes ces années. Le poids, 1700g le ski monté en Meidjo, certainement ce que j'ai eu de plus léger. Donc la montée fut un vrai plaisir, même si sur piste il n'y a pas de conversion. Les genoux seront contents. 178 cm est pour moi une longueur raisonnable, et plus maniable en condition tout terrain. Nous verrons à l'usage. Je n'ai pas mis longtemps à trouver l'équilibre, le point de bascule, la réactivité. Le ski est nerveux mais facile. Il coupe, il taille, il est stable mais le rocker vibre et donne de l'instabilité à grande vitesse, difficile de trouver de l'accroche jusqu'au bout de la spatule. La légèreté offre du confort, pas besoin de se battre pour enchaîner les fentes. Pour une première approche, je suis conquis. J'attends désormais de le voir en vraie neige, loin des sentiers battus.

. balme1.jpg  
 
 






 

... / ... Lire la suite


Gabarit fixation telemark

Visites

 259292 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Nouvelles des Amis
^ Haut ^